Situation de la ressource sur le bassin de l'Yèvre, début août 2021

Les précipitations orageuses de mai et juin, puis un mois de juillet maussade, ont permis de maintenir, l'humidité des sols, ainsi que les débits d'étiages des cours d'eau, dont la situation était préoccupante en avril (voir article).


Le cumul des précipitations à ainsi atteint près de 86mm en juin à Bourges (+141% par rapport à la normale mensuelle sur cette station), et plus de 90mm en juillet. Cette situation a pu provoquer des élévations ponctuelles des débits, sans pour autant inverser la tendance saisonnière de vidanges des nappes, la végétation en cours de développement, et donc en forte demande, a pu profiter de ces apports.



Des précipitations supérieures et une température proche de la normale mensuelle en juillet 2021

Les valeurs des débits des cours d'eau sont actuellement proches des normales. Ainsi, l'Yèvre à Saint-Doulchard atteint un débit qui tend à la baisse, et se rapproche des moyennes mensuelles : de 3.1 à 3.7m3/s entre le 29 juillet et le 4 août, pour des moyennes mensuelles de 3.9m3/s en juillet et 2.6m3/s en août.


Du côté de Savigny-en-Septaine, plus en amont, le débit du même cours d'eau se rapproche progressivement du premier seuil d'informations/restrictions liées aux prélèvements (seuil d'alerte), avec un débit de 0.140m3/s en baisse, le 4 août, pour 0.120m3/s (seuil d'alerte).


À noter que l'Auron à l'Ormediot (en amont de l'Agglomération de Bourges) atteint le seuil d'alerte depuis le 30 juillet, avec un débit actuel, à confirmer, de 0.340m3/s (seuil d'alerte : 0.420m3/s, seuil de crise : 0.210m3/s),


Il est intéressant d'observer que plusieurs cours d'eau connaissent une situation relativement similaire aux années passées malgré l'humidité des 3 derniers mois, avec des situations d'étiages sévères et des assecs, c'est le cas de l'Yèvre amont (Avord), le Villabon, le Langis ou une partie du Colin. On constate ainsi que le ruisseau de "la Douée" affluent du Colin, maintenait un écoulement permanent de 2012 (première année d'observation du réseau ONDE) à 2014, et connait depuis 2014 des interruptions d'écoulements, ou d'assecs, de façon systématique (assec depuis juin 2021), ou encore le Villabon, affluent de l'Yèvre, dont l'écoulement s'interrompt maintenant de façon systématique, et de plus en plus tôt dans l'année, depuis 2019, alors que des écoulements y étaient observés toute l'année de 2013 à 2018 (voir graphiques du réseau ONDE ci-dessous).


Le Langis à St-Michel-de-Volangis, le 5 août 2021
Observations des écoulements sur le Villabon à Farges-en-Septaine (Réseau ONDE)
Observation des écoulements du ruisseau de la Douée, à Morogues (Réseau ONDE)

Au niveau des nappes, la DREAL Centre Val de Loire indique, dans son bulletin du 8 juillet, que le déficit accumulé en mars et avril dans les nappes du Jurassique a été légèrement compensé par les pluies, mais encore 50% des stations présentaient des niveaux bas à moyens, avec une tendance contrastée.


Ces derniers mois semblent particulièrement bien illustrer les prédictions liées au réchauffement climatique en cours. Le territoire connait ainsi une tendance générale au déficit sur le long terme (des niveaux de nappes qui restent bas, des températures excédentaires sur les moyennes annuelles, un fort taux d'évaporation/évapotranspiration et d'assèchement des sols), que ne parviennent pas à compenser une succession d'épisodes extrêmes, en durées et en intensités, précipitations largement déficitaires en mars et avril, puis excédentaires de mai à juillet.

Archives