Etat de la ressource - début avril 2021

Les excédents pluviométriques des mois de décembre, puis de janvier (86mm (+31%) dans le Cher en janvier) ont permis une recharge efficace des nappes du bassin (76% des stations de la nappe du Jurassique connaissaient un taux de remplissage à la hausse en janvier), permettant néanmoins tout juste d'atteindre des cumuls normaux depuis septembre 2020 (la saison automnale ayant été particulièrement sèche). Les précipitations de février approchent encore des valeurs normales mensuelles, à la faveurs des premiers jours du mois encore pluvieux : 56mm (-6%).


Les débits des cours d'eau ont ainsi augmentés de façon généralisée sur le bassin pour atteindre des débits de crues biennales de plusieurs cours d'eau au cours du mois de février (un pic à 77m3/s a été atteint par l'Yèvre à Saint-Doulchard, le 9 février 2021, avec des débordements localisés sur plusieurs jours à quelques semaines.


Les valeurs d'humidités des sols étaient encore élevées début mars, mais la diminution très nette des précipitations depuis mi-février bascule la situation d'un extrême à l'autre, la vidange des nappes est très prononcée depuis mi-février, pour atteindre des niveaux préoccupants début avril. Le niveau de la nappe du Jurassique qui atteignait ainsi des niveaux supérieures à la décennale humide mi-février atteint la quinquennale sèche début avril. Cette baisse se généralise actuellement sur l'ensemble de la Région.


Les débits des cours d'eau faiblissent également drastiquement depuis plusieurs semaines, l'Yèvre atteint ainsi un débit inférieur au débit moyen mensuel, inférieur même aux débits de début avril 2020 pour la plupart des cours d'eau du bassin (Yèvre, Moulon, Ouatier, ...). Les premiers assecs ont été observés par les agents du SIVY sur plusieurs affluents situés en têtes de bassins, quelques semaines seulement après l'observation de ces derniers en crue.


Niveau de la nappe du Jurassique depuis septembre 2020 jusqu'à fin mars 2021

Débits de l'Yèvre à Savigny-en-Septaine depuis janvier 2021

Le Colin à Sainte-Solange le 11 mars, moins d'1 mois après avoir été en crue.




Archives