top of page

Plusieurs chantiers de renaturation du SIVY en cours

Développés et portés par le SIVY, ces projets marquent le démarrage du nouveau programme d’interventions en faveur des milieux aquatiques sur le bassin de l’Yèvre (2023-2028).


Le Marcillie

Affluent du Langis, le Marcillie prend naissance à Menetou-Salon, il traverse un paysage agricole, au relief plutôt marqué, jusqu’à devenir le Langis à Soulangis, qui rejoindra l’Yèvre au cœur des Marais classés de la Voiselle, à Bourges, après avoir parcouru une dizaine de kilomètres au sein de la plaine berrichonne.

Le Marcillie sur le "site projet"

L’état des lieux

Le Langis et ses affluents ont fait l’objet de multiples modifications physiques au cours du temps, au bénéfice des différents usages et aménagements des territoires (élevage, exploitation céréalière, voirie, …) : rectification-canalisation, recalibrages, curages, … ayant pour effets d’homogénéiser et d’appauvrir les capacités naturelles du milieu en termes d’auto-épuration, de régulation des vitesses d’écoulements, d’infiltrations dans la nappe, de biodiversité… .

Le Marcillie souffre de ces dégradations dans un contexte d’assèchements de plus en plus précoces et longs, liés au changement climatique.


Le projet sur le Marcillie

Le projet de restauration d’un segment d’environ 300m du Marcillie répond, ainsi, à cet enjeu d’améliorer les fonctionnalités naturelles du cours d’eau, avec un double objectif, lié à l’alimentation en eau potable de 26 communes (environ 25 000 habitants).

Le site est situé en « périmètre de protection immédiat », à environ 4km de captages pour l'alimentation en eau potable dit « Les prés-de-Grouère », que gère le syndicat de production et de transport d’eau potable (SMIRNE),

Le projet développé par le SIVY, accueilli favorablement par un hydrogéologue agréé, est ainsi le résultat d’une collaboration étroite avec le SMIRNE pour répondre à ses besoins sur des parcelles dont il est propriétaire : le projet est spécifiquement dimensionné de façon à : ralentir les écoulements, limiter les transferts chimiques latéraux, accentuer les processus biologiques épuratoires, et accentuer l’infiltration de l’eau dans la nappe capté.

Un nouveau lit est créé, plus petit (environ 1,4m de large) avec de très faibles hauteurs de berges, pour accentuer les débordements au sein d’une prairie humide dédiée. Une épaisseur de 30cm de matériaux alluvionnaires (blocs, cailloux, graviers) stabilise le nouveau lit, et sa pente réévaluée, pour permettre une filtration physique et biologique des eaux qui s’y écouleront.

Le site fera ensuite l’objet d’un suivi et d’une gestion spécifique liée l'aire de protection de captage.

Parcelle contournée par deux bras intermittents
Extraits de plans du projet, développé avec Hydro-Concept

Tracé en cours de réalisation (septembre 2023)


Création du matelas alluvial dans le nouveau lit

Maître d’ouvrage, d'œuvre et suivi du chantier : SIVY

L’entreprise qui réalise les travaux : BBF

Durée du chantier : environ 3 semaines (septembre 2023)

Coût : environ 50 000 euros TTC (Agence de l’eau Loire-Bretagne, Région Centre-Val de Loire, Conseil Départemental du Cher, SIVY) [Cadre financier : Contrat Territorial des Milieux Aquatiques du bassin de l'Yèvre]

댓글


Archives
bottom of page